Sélectionner une page

Les conseils des meilleurs photographes : #1 Jamel Shabazz

Maître incontesté de la street photography, l’américain Jamel Shabazz a documenté le Brooklyn des années 70, 80, a assisté à la naissance du hip hop et continue, aujourd’hui encore, de témoigner sa passion pour la photographie. Il donne ici ses tips et ses influences.  

Quel est le meilleur conseil photo qu’on vous ait donné ?  J’ai eu la chance de recevoir d’excellents conseils, au fil des ans. Le premier m’a été donné donné par mon père quand j’ai commencé à prendre la photographie au sérieux. Il a constaté mon intérêt pour ce métier et m’a conseillé de lire toute la collection de la série de livres TIME-LIFE sur la photographie qu’il avait dans sa bibliothèque personnelle. Lire ces diverses publications qui abordent tout, de la compréhension du fonctionnement de l’appareil photo à la gravure, en passant par les thèmes, les instructions pour photographier les enfants, la lumière et la composition, et bien plus… Ces livres m’ont apporté une compréhension profonde de la photographie. Il m’a également conseillé d’emporter mon appareil photo partout où j’allais et de le sortir de son boîtier. Mon appareil était réglé à 1/125e de seconde avec une ouverture à 5,6. Ces conseils m’ont permis de capturer certaines de mes images les plus emblématiques. Quelle erreur vous a le plus appris durant votre carrière ? Je ne peux vraiment pas dire que j’ai commis des erreurs, car chaque décision, qu’elle soit juste ou fausse, a été l’occasion d’apprendre quelque chose. Quelles personnes, photographes ou non, vous ont le plus inspiré dans votre travail photographique ? Je me suis inspiré de nombreux photographes au fil des ans, qui m’ont apporté chacun à leur manière, une forme de sagesse. C’est le photographe Leonard Freed qui m’a initié à la photographie documentaire et comment elle pouvait être utiliser pour aborder les problématiques sociales. Le travail de Gordon Parks m’a inspiré pour la photographie documentaire, de mode et d’art. Plus important encore : comment réussir en tant qu’homme de couleur dans le monde de la photographie où les obstacles sont nombreux ? Builder Levy m’a appris par son travail et ses écrits l’importance de la compassion, de l’humilité et de l’empathie. Joseph Rodriguez est un autre photographe. Il m’a inspiré pour mon premier livre et à travers son exemple, il m’a encouragé à parler ouvertement de mon travail et de mon parcours de vie. Dernier point, mais non des moindres, Deborah Willis m’a appris l’importance d’exposer ses œuvres, d’établir des collaborations, de produire des livres de photographies historiques et de les partager avec le plus large public, tout en restant humble, les pieds sur terre.