Sélectionner une page

Silent war, la guerre silencieuse en Ukraine

Checkpoint de Marïnka, 14 février. La traversée du « no man’s land » entre la zone gouvernementale ukrainienne et la zone non gouvernementale met en difficulté de nombreuses personnes malades ou âgées. Cela donne lieu à des scènes d’exil, oubliées en Europe depuis de nombreuses années © Sadak Souici / Première Urgence internationale

L’ONG Première Urgence Internationale présente à Paris une exposition photographique sur le conflit qui dure depuis cinq ans en Ukraine.

Les images ont été réalisées par le photographe Sadak Souici, qui s’est rendu à deux reprises dans l’Est de l’Ukraine à proximité de la ligne de front. En été sous 35 degrés, et pendant l’hiver sous -15 degrés. Deux temporalités pour mieux comprendre le quotidien de guerre des populations.

Le manque d’accès à l’électricité, aux soins de santé, aux transports, rythme le quotidien des habitants, qui vivent dans des condition qui ne s’améliorent pas : « Les conditions sont inhumaines », témoigne Sadak Souici.

En Ukraine, plus précisément dans le Donbass, à l’Est du pays, le conflit a rendu très vulnérables les populations civiles. les habitants de cette région sont pris en otage depuis l’apparition d’une ligne de front, qui les oblige à vivre entre deux territoires. Ces personnes, pour la plupart âgées, doivent parfois patienter de longues heures dans des conditions extrêmes (chaleur ou froid polaire) pour passer la nouvelle frontière qui s’est dessinée. 

Nous avons commencé notre mission en Ukraine en 2015, d’abord comme une assistance d’urgence. Puis rapidement, nous nous sommes focaliser sur le soutien du système de santé des zones proches de la ligne de contact. Le problème tient principalement dans la vétusté des immeubles et leur destruction causée par les bombardements. La région était déjà en grande difficulté avant le début du conflit.

L’accès au soin est un vrai challenge pour les populations. Première Urgence Internationale travaille sur trois hôpitaux et des dizaines de centres de santé rattachés à ces hôpitaux. Nous avons mis en place un système de coupon pour aider les personnes les plus vulnérables à avoir accès aux traitements.

Pour vous donner une idée de l’ampleur, en août 2018, nous avons pu observé près de 1 200 000 passages sur un checkpoint. Les conditions d’attente sont extrêmement longues.

Brieuc LE MERLE

chef de mission , Première Urgence Internationale en Ukraine

Silent war, un conflit oublié aux portes de l'Europe

Du 10 au 30 janvier 2019
Entrée gratuite
Mairie du 10e arrondissement de Paris
72 Rue du Faubourg Saint-Martin, 75010 Paris
Accès : Ⓜ️ 4 château d’eau

Photo de Sadak Souici pour Première Urgence Internationale

Avdiivka, 15 août 2017. Des immeubles sont régulièrement touchés par les bombardements dans la ville d’Avidiivka.  © Sadak Souici / Première Urgence internationale

Les forces armés ukrainiennes ont repris l’usine d’Avdiivka le 21 juillet 2014. Elle était jusqu’à cette date sous contrôle de la zone non gouvernementale. La production de l’usine a baissé de plus de 70% depuis le début de la guerre dans le Donbass. La population civile est particulièrement exposée au conflit. Les combats ont interrompu l’alimentation en électricité et l’eau courante dans plusieurs quartiers de la ville. 

Hôpital de Krasnohorivka, 14 février. Une patiente, le médecin en chef Vadim Hevtchenko et l’élève infirmière, Rusiana © Sadak Souici / Première Urgence internationale

Krasnohorivka est une ville industrielle de l’oblast (province) de Donetsk. Sa population s’élevait à 15 937 habitants en 2013. Elle dispose du plus grand centre hospitalier à 100 km à la ronde. Les pathologies pulmonaires, le sida, la tuberculose et la leucémie sont des maladies très présentes dans la région.

Checkpoint de Mayorsk, 15 février. Même en hiver, des bus amènent des populations jusqu’au checkpoint avant de les laisser traverser à pied © Sadak Souici / Première Urgence internationale

Recevez notre newsletter et nos invitations

Please select all the ways you would like to hear from Millenium Media:
You can unsubscribe at any time by clicking the link in the footer of our emails. For information about our privacy practices, please visit our website.
We use Mailchimp as our marketing platform. By clicking below to subscribe, you acknowledge that your information will be transferred to Mailchimp for processing. Learn more about Mailchimp's privacy practices here.